novembre 13, 2018

Les poissons ‘disparaissent’ des côtes du Sénégal

Les chalutiers étrangers et l’expansion de l’industrie de la farine de poisson menacent de plus en plus les moyens de subsistance des pêcheurs sénégalais, forçant beaucoup d’entre eux à émigrer en Europe.

Mor Ndiaye, âgé de 34 ans, a vécu toute sa vie à Saint-Louis, une ville de pêcheurs animée au nord du Sénégal. Ses rues sablonneuses regorgent d’enfants et de chèvres errantes. La vie ici était radieuse jusqu’à il y a quelques années…mais tout a changé.

« Le poisson vient à manquer, que pouvons-nous faire ? Nous avions l’habitude d’attraper assez de poissons en un jour ou deux. Maintenant, nous devons aller en mer pendant des semaines pour pêcher la même quantité. C’est terrifiant, nous ne pouvons compter que sur Dieu », avance Mor Ndiaye.

A lire aussi : Greenpeace s’inquiète pour les pêcheurs sénégalais

Saint-Louis, ancienne capitale coloniale de l’Afrique de l’Ouest française, se trouve au cœur de l’une des zones de pêche les plus riches du monde.

Les poissons capturés ici – principalement la sardinelle et d’autres poissons dits pélagiques ou de haute mer migrant le long de la côte – ont fourni jusqu’à 75% des protéines consommées par des millions de personnes au Sénégal et dans le reste de l’Afrique dans des pays comme le Burkina Faso et le Mali.

La flambée des prix du poisson

Cependant des chalutiers, principalement européens et asiatiques ont raclé les côtes du Sénégal entraînant une surpêche défavorable aux petits pêcheurs.

Au fur et à mesure que le poisson s’épuise, les pêcheurs artisanaux construisent de plus grands bateaux pour aller plus loin en mer, ce qui aggrave encore la surpêche.

Sénégal, Mauritanie
Image captionMor Ndiaye dénonce une surpêche défavorable aux petits pêcheurs

D’autres ont décidé d’émigrer en Europe. Parmi eux, Amadou Dieye, 28 ans, qui a tenté de se rendre en Espagne en août dernier mais a abandonné après avoir passé plusieurs jours à dériver en mer lorsque le moteur du bateau est tombé en panne.

« Il y avait plus de 100 personnes dans le bateau. Tout le monde tombait malade. C’était terrible », explique-t-il, debout près de la plage.

« Chaque année, il y a de moins en moins de poissons. Beaucoup de jeunes pêcheurs comme moi qui n’ont pas de famille veulent émigrer, mais je ne vais pas recommencer. J’ai vu des choses que je ne veux plus jamais revivre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *