novembre 13, 2018

Rangez vos calculs

Troisième de son groupe avant un déplacement à Naples qui s’annonce périlleux, le PSG n’a plus le temps de s’adonner à des comptes d’apothicaire s’il veut conserver son rang. Parce que ce ne sont ni ses dérives financières révélées par Mediapart ni sa domination sans partage en Ligue 1 qui permettront d’éponger un revers européen. 62, comme le nombre de minutes de punition pour Kylian Mbappé sur le banc du Vélodrome avant d’offrir le Classique aux siens. 0,49, comme la dose d’alcool en milligramme par litre dans le sang de Marco Verratti lors de son contrôle routier. 2021,

comme l’année jusqu’à laquelle court le nouveau contrat d’Ángel Di María scellé mercredi dernier. 1,8, comme le nombre de milliard d’euros injectés « de façon largement frauduleuse » par le Qatar dans le club et révélés par les Football Leaks. 36,23, comme le prix en euros et à l’unité des déguisements La Casa De Papel enfilés par Neymar et Mbappé avec un poil de retard. 12, comme le nombre record de victoires en autant de journées dans les cinq principaux championnats européens, établi après celle face à son dauphin lillois vendredi dernier… Le bilan comptable du Paris Saint-Germain lors de ces deux dernières semaines ne cesse d’osciller entre le positif et le négatif avec cependant une constante : tout se passe merveilleusement sur le terrain, malgré les accrocs en coulisses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *