novembre 21, 2019

Pour le FPI, le pouvoir ivoirien instrumentalise la CPI à des fins politiques

Le FPI, le parti fondé par Laurent Gbagbo, proteste contre l’intervention du gouvernement ivoirien dans la procédure à la CPI.

Le 25 octobre, l’État ivoirien a déposé une demande auprès de la CPI pour s’opposer à la libération sans condition de l’ancien président ivoirien, acquitté en première instance, mais en résidence surveillée à Bruxelles en raison d’un appel de la procureure Fatou Bensouda.

Une « honteuse immixtion du gouvernement ivoirien dans le procès ». Voilà comment le secrétaire général du FPI pro-Gbagbo, Asoa Adou, qualifie la lettre des avocats de l’État à la CPI. Pour Assoa Adou, le pouvoir ivoirien ne veut pas voir Gbagbo rentrer.

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *