avril 6, 2020

ENQUÊTE DE L’OFNAC – Les contrats signés entre Petrotim et Petrosen ont été falsifiés

 

Libération révélait que l’Ofnac avait recommandé des pour- suites contre Karim Wade et Ibrahima Mbodji, ancien directeur général de Petrosen, pour faux et usage de faux dans un document administratif. Les enquêteurs indiquaient aussi que cette infraction a été rendue possible grâce à la par- faite complicité de deux principaux collaborateurs d’Ibrahima Mbodji. En effet, d’après l’Ofnac, les contrats signés entre l’Eta tdu Sénégal, Petrosen et Petrotim ont été antidatés pour on ne sait encore quelle raison. Des faits que ne nient pas Ibrahima Mbodji même s’il a tout mis sur le dos de Karim Wade. Lors de son interrogatoire à l’Ofnac, Ibrahima Mbodji a soutenu que c’est lors d’une audience, courant 2012, que KarimWade lui avaitinstruitdepro- poser à une compagnie dénommée Petrotim limited les meilleurs termes contractuels au profit de l’Etat. Toutefois, Ibrahima Mbodji, indique avoir rappelé à Karim Wade qu’en l’espèce, les deux blocs ciblés faisaient déjà l’objet de négociations très avancés avec la société Tullow oil. Mais ce dernierlui aurait signifié que ces négociations pre- naient beaucoup de temps et qu’il fallait accélérer l’exploration du bassin sédimentaire. Suite à ces ins- tructions verbales, un projet de contrat avec les meilleurs termes contractuels a été envoyé à Petrotim limited qui l’a accepté sans négociation. Il poursuit en indiquant qu’iln’y a jamais eu de négociations directes entre Petrotim et Petro- sen. En vérité, dit-il, il n’a vu les dirigeants de Petrotim,en l’occurrence Eddie Wong, que le jour de la signature du contrat dans son bureau, en présence de sa conseillère juridique Aissatou Sy. D’après lui, une telle procédure lui a été imposée par Karim Wade. Pire, Ibrahima Mbodji a certifié aux enquêteurs avoir signales contrats en mars 2012mais à sa grande surprise, au retour des quelques exemplaires à Petrosen, il a constaté que les contrats portaient la date du… 17 janvier 2012. Ses allégations relatives à l’antidation des contrats ont été confirmées par l’ancienne conseillère juridique et un autre ingénieur à Petrosen. Il ressort de ses auditions à l’Ofnac, qu’Ibrahima  Mbodji les avait appelés dans son bureau pour leur demander de proposer les meilleurs termes techniques, économiques et financiers au profit de l’Etat du Sénégal et, ce, pour les blocs de Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond.De surcroit,il leur avait ordonné de traiter le dossier en toute confidentialité. Et malgré les observations émises à l’époque sur la procédure utilisée,IbrahimaMbodji leur aurait rétorqué qu’il s’agissait d’instruction émanant directement du ministre de tutelle en l’occurrence Karim Wade. Ils ont confirmé, tous les deux,que les contrats qui leur a été réacheminés après signature ont été datés du 17 janvier 2012 alors que les contrats, signés par Petrosen, en tenant compte des meilleurs termes techniques, économiques et financiers au profit de l’Etat du Sénégal,dataient bel et bien de mars 2012. D’après eux, cette datation est manifestement antérieure à l’établissement des contrats. Pire, les projets de contrats devaient être transmis au ministère des Finances pour avis, avant la signature, mais tel n’a pas été le cas.

Libéonline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *