juin 14, 2021

POLIOMYÉLITE / 1.226 cas enregistrés en 2020, contre 138 en 2018

L’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (Imep) a lancé, hier, la Stratégie d’éradication de la poliomyélite 2022-2026, dont l’objectif est de surmonter les derniers obstacles à l’éradication de la poliomyélite, et notamment les revers causés par la Covid-19.
Même si les cas de poliomyélite ont chuté de 99,9% depuis 1988, cette maladie reste une urgence de santé publique de portée internationale. Les obstacles persistants qui empêchent de vacciner tous les enfants contre la poliomyélite, conjugués à la pandémie de la Covid-19, sont responsables de l’augmentation du nombre de cas. L’année dernière, 1.226 cas de poliomyélite, toutes formes confondues, ont été enregistrés, contre 138 en 2018.
En 2020, l’Imep a interrompu pendant quatre mois les campagnes en porte-à-porte afin de protéger les communautés contre la propagation de la Covid-19 et a mobilisé jusqu’à 30.000 membres de son personnel et plus de 100 millions de dollars de ressources destinées à la lutte contre la poliomyélite afin de soutenir la riposte à la pandémie dans près de 50 pays. A ce jour, le Pakistan et l’Afghanistan, n’ont pas encore interrompu la transmission du poliovirus sauvage. Ces deux pays ont appelé à une solidarité mondiale renouvelée et à la mobilisation des ressources nécessaires pour éradiquer cette maladie évitable par la vaccination.
Ils se sont aussi engagés à renforcer leur partenariat avec l’Imep afin d’améliorer les campagnes de vaccination et l’engagement auprès des communautés présentant un risque élevé.
La Stratégie 2022-2026 insiste sur la nécessité de relancer de toute urgence les efforts d’éradication et propose un ensemble complet d’actions qui permettront à l’Imep de débarrasser le monde de la poliomyélite. Parmi ces actions, l’Imep tient à poursuivre l’intégration des activités de lutte contre la poliomyélite dans les services de santé essentiels – y compris la vaccination systématique – et l’établissement de partenariats plus étroits avec les communautés à haut risque.
Lors de la mise en œuvre des programmes, elle va aussi s’assurer de l’application de l’objectif d’égalité des sexes, pour gagner la confiance de la communauté et améliorer l’acceptation de la vaccination. Elle propose aussi de renforcer les activités de sensibilisation en vue d’accroître la responsabilisation et l’appropriation du programme à tous les niveaux. L’initiative va enfin mettre en œuvre de nouveaux outils innovants, comme les paiements numériques pour les agents de santé en première ligne, afin d’améliorer encore l’impact et l’efficacité des campagnes de lutte contre la poliomyélite.

Source : Libéonline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *